Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Alain Fabre-Catalan est né en 1947 dans les Pyrénées-Orientales sur les hauteurs de la Cerdagne, un pays de neige et de lumière. Il a passé une partie de son enfance à l’île de La Réunion, puis en Aquitaine au cœur de l’Agenais entre Lot et Garonne. Il vit en Alsace depuis 1967. Après des études de lettres à l’Université de Strasbourg, il a été professeur de français dans l’enseignement secondaire où il a animé des ateliers d'écriture.

 

Auteur de recueils de poésie et de livres d'artiste, il a publié depuis les années 70 dans diverses revues (Faix, Textuerre, Ecbolade, Revue Alsacienne de Littérature, Bucovina Literara, Phoenix, Recours au Poème, Diérèse) poèmes et proses, fragments de son journal d’écriture « La fabrique des jours » et traductions, notamment du poète autrichien Georg Trakl et du poète espagnol José Angel Valente.

 

Il est membre du Comité de rédaction de la Revue Alsacienne de Littérature et de l’association Ouï Lire qui organise à Strasbourg depuis 1992 des lectures publiques d'auteurs reconnus français et étrangers.

 

Lectures Ouï Lire

Lectures Ouï Lire


 

Avant l'éveil 1

 

Avant l'éveil 2


 

Son recueil Avant l'éveil paru aux éditions Pierron en 2001 a obtenu le Prix de l'Académie des Marches de l'Est.

 

Il a publié deux autres recueils aux éditions Lieux-Dits, collection Cahiers du Loup bleu, &cris-&crit 1, L’écriture ou le corps voisé en 2001 et La leçon du jour, &cris-&crit 2 en 2003.

 


&cris 1

 

&cris 2 



&cris 3
 

-cris-4.jpg

 

Il crée en 2010 la collection de micro-livres, Tiré à part : projet en cours de réalisation d’une série de livres d'artiste à tirage limité, façonnés et cousus à la main. Chaque livre est accompagné d’une page manuscrite et de motifs photographiques.


 

P1090596

 

 

P1090791      

 

 

P1090795

 

 

P1090797

 

 

En mai 2012, contribution à l'ouvrage de Charlotte Herfray, Penser vient de l'inconscient - Psychanalyse et "entraînement mental", publié aux éditions Erès.

 

 

numerisation0004-copie-1.jpg

 

numerisation0007.jpg

 

 

Publication en juin 2013, dans la collection des Cahiers du Loup bleu d'un ensemble de proses Vertiges placé sous le double signe de l'évidence et de l'éclair où s'entrelacent prose et poésie pour dire "le vertige de la phrase" dans le cheminement de l'écriture. Ainsi s'avance le lecteur "sur la page promise au rejaillissement de la langue" jusqu'à cette Verticale ultime du poème dressé "au bord du noir".

 

Ce cahier de 32 pages accompagné d'un dessin de Cyril Barrand est disponible au prix de 7 euros auprès des éditions Les Lieux-Dits - 2, rue du Rhin Napoléon - 67000 Strasbourg.

 

 

AFC Vertiges - Couverture 1

 

AFC Vertiges - Couverture 2

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Demeure nomade
  • Demeure nomade
  • : Anthologie personnelle - Chroniques - Publications - Traductions
  • Contact

Blog D'alain Fabre-Catalan

  • Blog d'Alain Fabre-Catalan
  • Alain Fabre-Catalan est poète, traducteur et membre du Comité de rédaction de la Revue Alsacienne de Littérature à Strasbourg. Il a publié en 2013 aux éditions Les Lieux-Dits un ensemble de proses, VERTIGES.
  • Alain Fabre-Catalan est poète, traducteur et membre du Comité de rédaction de la Revue Alsacienne de Littérature à Strasbourg. Il a publié en 2013 aux éditions Les Lieux-Dits un ensemble de proses, VERTIGES.

Recherche

L'Atelier du poème

◊ Ce qui témoigne que quelque chose s’est écrit, s’apparente ici à la figure irrégulière du poème se donnant à lire sur le glacis du papier ou bien l’écran en son rafraîchissement permanent.

 

◊ C’est la trace d’une présence dès lors évanouie, hormis les mots qui tentent d’en retenir l’empreinte. Son ultime destination n’a d’autre adresse que le saisissement d’un regard dans l’entrelacement des signes.

 

◊ Avec ce degré de considération accordé au grain d’une voix, vous êtes dans l’instant seul à en recueillir l’écho, cette résonnance qui parle à l’oreille du lecteur.

 

 Qui habite la voix patiente de la langue pour en faire son ultime demeure a le privilège de s’affranchir du temps. Telle une parole qui se découvre, jetée sur nos pas hésitants, la clarté seule devrait suffire.

 

◊ Avec ce peu de chose déployé dont le vol ressemble à un passage d’ombres insaisissables, « désaccordée, comme par la neige », résonne et nous atteint « la cloche dont on sonne pour le repas du soir ».

 

◊ La lumière ainsi retrouve son chemin et le simple bruit d’un ruisseau nous dévisage au détour d’un mot, d’une phrase posée là, en attente sur la page.

 

◊ Un instant sauvegardée, cette part du monde qui semblait perdue bruisse sur nos lèvres. Est-ce le fruit de l’air qui parle à notre oreille, ce dévoilement qui donne force vive en écho à des paroles que sépare le temps ?

Éclats De Voix